Une console rétrogaming à 2000, 8000 ou 45000 jeux ?

Les possibilités techniques offertes par FLEX-arcade et par les autres constructeurs laissent au joueur un choix infini sur le nombre de jeux intégrés à une console rétrogaming : 45000 jeux, 100000, 10000, 8000, 2000, 558, 1 (mais alors lequel ?)… FLEX-arcade me proposait 8000 jeux, et je me suis dit que c’était un bon chiffre, à taille humaine. Le nombre «100000» m’aurait psychologiquement affecté (ne me demandez pas pourquoi). Je me suis du coup intéressé à cette histoire de nombre de jeux utilisables, pour découvrir qu’elle cachait une question plus vaste : qu’entend-on exactement par «rétrogaming» en 2022 ? Faut-il s’en tenir à l’ère pré-2000 ? La Playstation 2 est-elle désormais une console rétro ? Alors, faut-il se couvrir avec au moins 20000 jeux ou cibler nos périodes préférées avec 2000, 4000, 8000 jeux… ? Des débats sans réponses : les meilleurs. Moi, je conseille 8000, quand même.

Sommaire

  1. La question à régler : combien de jeux vidéo peut-on posséder sur une borne d’arcade ?
  2. Les consoles rétrogaming présentes a minima dans les bornes FLEX-arcade
  3. De 4000 à 8000 jeux, un choix judicieux (avis personnel)
Sans console rétrogaming, sans 45000 jeux, sans rien…

L’être humain est gourmand, alors que dire du gamer ? Lorsque j’ai voulu acquérir une borne chez FLEX-arcade, on m’a annoncé qu’elle pouvait faire tourner «autant de jeux que tu le désires, mais 8000, c’est bien». En effet, ce nombre m’a paru sympathique. Il me semblait même humainement possible d’en faire le tour, de ces 8000 jeux, à raison de quelques survols quotidiens. Je n’étais pas sûr de le vouloir vraiment, mais la perspective de pouvoir le faire me réjouissait. Au fait, pourquoi 8000 ? «Avec 8000 jeux, tu fais le tour du rétrogaming.» Ah. Cela mérite de faire un petit point sur la question.

Et soudain…

Deux questions demeurent : comment savoir le nombre de jeux dont on aura «besoin» ? A-t-on assez d’une vie pour faire le tour de 8000 jeux vidéo ? A la deuxième question, la réponse est «non, mais peu importe, c’est indispensable». Pour la première question, cela dépend bien sûr de ce qu’on le veut : du rétrogaming «pur» ou l’intégration dans une borne de toutes les plateformes de jeux possibles, anciennes et modernes, de l’antique Atari à la PS5 en passant par toutes les adaptations des jeux de bornes. Pour du rétrogaming «pur», croyez-moi, 8000 jeux, c’est bien !

1. La question à régler : combien de jeux vidéo peut-on posséder sur une borne d’arcade ?

Ce que vous voulez : tout est possible avec l’émulation

Flex Arcade - Bartop Mario 1 joueur
Plein de jeux.

Tout dépend du système que vous choisissez. Inscrivez “console rétrogaming” puis un chiffre sur une barre de recherche et vous trouverez effectivement la console rétrogaming idoine à 45000 jeux, à 100000, à + de 50000… Ce n’est heureusement pas la seule chose que vous recherchez dans une borne d’arcade, mais sachez que tout est possible.

Flex Arcade - Recalbox

Chez FLEX-Arcade, vous bénéficiez d’un système de base Raspberry Pi4+Recalbox/Pandora garantissant l’accès à au moins 4000 jeux inclus. A cela s’ajoute la possibilité d’intégrer un PC Windows ou votre propre système (+Recalbox) pour pouvoir faire tourner les jeux plus gourmands en ressources (à partir de la PS2, en gros). Voilà, mes connaissances s’arrêtent à peu près là. Pour la partie technico-technique, voyez cela avec notre technicien lorsque vous aurez effectué un petit tour sur le configurateur 3D que voici que voilà.

Pour simplifier, utilisons une image : une borne d’arcade est une grosse boîte dans lequel vous pouvez glisser des consoles avec les jeux à l’intérieur (voir croquis à gauche). Avec un bon système d’émulation, et quelques éventuels ajustements financiers, vous pouvez faire rentrer ce que vous voulez dans la borne. Ce qui ramène finalement à la question primordiale : quel usage comptez-vous faire de votre borne d’arcade ?

La bonne question : à quoi voulez-vous jouer sur borne d’arcade ?

Vous intéressez-vous à l’arcade en tant que genre à part dans le jeu vidéo ? Vous intéressez-vous à l’arcade en tant que période légendaire du jeu vidéo ? Est-ce la nostalgie qui l’emporte ou la perspective d’intégrer dans un seul et bel objet l’équivalent de la Bibliothèque d’Alexandrie en pixels ? Pour concilier le rétrogaming et le très moderne, il faudra choisir un système de jeu compatible avec les consoles les plus récentes (XBOX en tout genre, PS2, 3 et 4, etc.) et les consoles rétrogaming “pur”, ce qui vous mènera mécaniquement à plus de 45000 jeux. En revanche, si vous êtes essentiellement attirés par l’époque pré-PS2, vous pouvez vous limiter à une vingtaine de consoles et donc à quelques milliers de jeux. Ce qui fait déjà beaucoup…

Combien de jeux vidéo ont-ils été édités depuis l’invention de l’écriture ?

Avant la seconde moitié du XXe siècle, on peut affirmer sans se tromper qu’aucun jeu vidéo n’a été détecté. C’est ensuite que l’histoire s’accélère, et avec elle le nombre d’erreurs potentielles. Nous nous en excusons d’avance.

Les premiers jeux vidéo datent des années 1950, mais le premier jeu vidéo commercialisé l’a été sur borne d’arcade en 1971, et il s’appelait Galaxy Game.

D’après le site Mobygames, dont le but louable est de répertorier tous les jeux vidéo depuis la Genèse, 15 jeux ont été édités en 1971, 53 en 1972, 205 en 1975, 640 en 1977, 984 en 1978, 2603 en 1983, 3116 en 1994, 3049 en 2000, 10464 en 2020. Le site répertorie au total 298217 jeux vidéo édités sur 305 supports (en comptant la vingtaine de créations pré-1971, ce qui vous fait une belle jambe), dont 53648 l’ont été avant l’an 2001 (date de la sortie de la Playstation 2).

Quelques articles américains contestent le chiffre en arguant, sans doute à juste titre, qu’environ un demi-million d’applications de jeux sont actuellement téléchargeables sur la seule plateforme Google Play. La question reste à creuser, et nous sommes actuellement à court de pelles. La comptabilité était certes plus facile avant l’extension d’Internet, du online et du smartphone… Les innombrables versions des mêmes jeux doivent en outre rendre le décompte infernal.

Quoiqu’il en soit, que vous disposiez sur votre borne ou votre console rétrogaming de 2000 ou de 45000 jeux, vous devrez de toute façon oublier l’exhaustivité. C’est frustrant, j’en conviens…

Menu rétrogaming « pur » ou menu rétro+moderne ?

La période du rétrogaming peut être définie comme l’ère pré-Playstation 2 (online à tout va, dématérialisation, 3D tout azimut, etc.). Ou pas. Certains joueurs ne se posent pas la question et intègre la PS2 et toutes les consoles de la 6e génération (au-delà de l’an 2000 en gros) dans la sphère du rétrogaming. Pour d’autres, le rétrogaming exclut fatalement la 3D des années post-2000, sans parler du online.

Voyons les choses en face : le rétro est surtout une question d’état d’esprit. Un jeu qui a plus de vingt ans d’âge, qu’il soit 3D ou non, appartient au passé. On peut en conclure sagement que chaque génération s’invente sa propre vision du rétro. Robinet d’eau tiède, je sais. Mais enfin, parlez-en avec vos enfants… Pour notre part, restons-en à une vision extrêmement classique du rétrogaming tel que défini par un article précédemment mis en ligne sur ce blog et qui définit le rétrogaming comme la période allant du lancement de Pong (1972) au milieu des années 1990. Et de là nous pouvons en conclure que 8000 jeux pour votre borne d’arcade, c’est aussi bien qu’une console rétrogaming fourre-tout à 45000 jeux. C’est du moins mon avis à moi.

2. Les consoles rétrogaming présentes a minima dans les bornes FLEX-arcade

La liste ci-dessous couvre un corpus de 2000 à 8000 titres via 26 plateformes. Précision : il est plus juste de parler ici de plateformes plutôt que de consoles, puisqu’il s’agit de transposition de jeux de différents supports sur une borne unique. Quels sont ses supports ?

Les consoles antiques

Atari 2600

Atari-2600

Environ 590 jeux (les chiffres varient) ont été édités sur Atari 2600, et pas de rétrogaming possible sans elle puisque c’est principalement par cette console que le monde entier a pu découvrir les grands classiques du jeu vidéo : Frogger, Mario Bros, Space Invaders, Pac Man, Pitfall!…. Vous en découvrirez de nouveaux.

Atari 7800

Seuls 69 jeux ont été édités sur cette console sortie en 1986 et boudée par le grand public. Avec une petite trentaine de jeux, vous aurez donc l’impression de faire pratiquement le tour de la question : une satisfaction en soi. Mais ce n’est pas son seul intérêt, bien sûr. Je vous conseille par exemple Ninja Golf, super si vous aimez le golf, mais probablement encore mieux si vous ne connaissez pas le golf.

ColecoVision

La première console à accueillir Donkey Kong, en 1983, ce qui a fait sa fortune éphémère. Cette concurrente d’Atari ne s’est jamais remise de la crise du jeu vidéo de 1983. Mais on lui doit entre autres la meilleure version de Zaxxon.

PC Engine et PC Engine CD

PC-Engine, sortie en 1987
La PC-Engine

La PC Engine est une console NEC fabriquée entre 1987 et 1994. C’est la première console à utiliser le CD-Rom, grâce à une extension (d’où la quinzaine de jeux répertoriés PC Engine CD). Elle n’est pas très connue de nos jours, et pourtant sa ludothèque comprend environ 650 titres. A découvrir, donc. Et si vous aimez le tennis, pourquoi ne pas commencer par Final Match Tennis ? Le genre de jeu dont on a entendu parler dans un magazine de l’époque sans évidemment avoir pu y jouer à cause de la radinerie proverbiale du Père Noël. Un remake Boris Becker-Stefan Edberg sur gazon vaut le détour, croyez-moi. Ainsi que la possibilité de jouer Björn Borg en personne.

Les émulateurs

Daphne

Un émulateur de jeux d’arcade basés sur le système du LaserDisc, lancé au milieu des années 1980 et qui permettait de fabriquer des jeux assez proches des films animés. Catalogue limité, mais de bonne facture, en tout cas très intéressant à observer. Grâce à Daphne, on peut notamment jouer à Mach 3 (Top Gun, en gros) et à Cobra Command (Supercopter, en gros).

MAME

Le principal émulateur de jeux d’arcade, en tout cas le plus complet.

FBA

Un émulateur de jeux d’arcade grâce auquel on peut essayer a minima 150 jeux, dont Best of best (1994), un jeu de baston avec des personnages amusants (une sorte de Vishnu, une sorte de Hulk Hogan, une sorte de Rambo…) dans lequel on peut se battre au son de la Lambada. Oui, parfaitement.

Sega

SG-1000

La première aventure de Sega dans le domaine de la console, avec une cinquantaine de jeux praticables sur votre borne. Intérêt historique évident, mais aussi intérêt ludique, comme avec Golgo 13, jeu de shooting rétro comme on les aime.

Master System

Cela se passait juste avant la Megadrive. Grâce à ma borne, j’ai fini par essayer Alex Kidd in Miracle World, le jeu dont le héros était destiné à devenir la mascotte de Sega, avant le Hérisson. Eh bien, c’est pas mal.

La Mega Drive, sortie en 1988

Megadrive

Ce blog en a déjà parlé, il s’agit d’une console assez célèbre, paraît-il.

Sega 32x-Sega CD

Deux extensions de la Megadrive créées dans les années 1990, ce qui permet de jouer à quelques jeux supplémentaires.

DreamCast

Quelques jeux pour se rendre compte de ce qu’était la fameuse DreamCast maudite de Sega. Si j’en juge par CAPCOM VS. SNK 2: Millionaire Fighting, elle ne méritait pas un sort aussi funeste. Oui, ça en jette.

Atomiswave

Lancé en 2001, Atomiswave est en gros un système dérivé de la Dreamcast qui se connectait via des cartouches sur de petites bornes d’arcade bon marché. Une petite vingtaine de jeux sont ainsi sortis pour ces bornes. C’est de la très bonne arcade ! Essayez Dirty Pigskin Football, un jeu de foot américain un peu délirant, ou encore The Rumble Fish 2, jeu de baston euphorisant très proche de Street Fighter.

Naomi

Un système de jeux d’arcade Sega du début des années 2000. Comme Atomiswave, cela permet de jouer à des jeux visuellement assez impressionnants dans leur version arcade, comme les jeux de foot et de basket Virtua Striker 2 et Virtua Basket 2.

Nintendo

NES/Super Nintendo/Nintendo 64

La Super Nintendo (SNES), sortie en 1990

Que dire ? Suivre les évolutions de Mario de console en console est déjà en soi une perspective alléchante, non ? Et il y a tout le reste, ce qui fait beaucoup, et sûrement pas trop.

Et bien sûr…

Neo-Geo

La découverte des jeux Neo-Geo (SNK), pour ceux qui comme moi ne connaissaient pas cette console à la brillante réputation, est peut-être une raison nécessaire et suffisante de se lancer dans le rétrogaming. Explorer toute la série des Metal Slug et des Samurai Shodown vous prendra bien quelques mois.

A propos de Metal Slug, vous a-t-on assez parlé des bornes à la demande de FLEX-arcade ?

Playstation

Bien sûr, la Playstation (Sony) ! Gran Turismo et Fifa 98, en route vers la Coupe du monde ! Bon, ce sont mes souvenirs à moi, vous avez les vôtres. Mais ça reste la Playstation.

Ce parcours multiplateformes couvre une période allant du milieu des années 1970 au début des années 2000. Exit la PS2, XBOX et compagnie, cela ravira les amateurs de « pur » rétrogaming. Une petite touche de Dreamcast et d’Atomiswave/Naomi permet d’étendre le corpus un peu au-delà. Si on se souvient qu’environ 50000 à 60000 jeux avaient déjà été édités en 2001, une sélection de 8000 jeux donnent accès à 1/5e de ce corpus. Le temps ayant fait son œuvre, on peut parier qu’il s’agit de la meilleure partie. Et si la perspective de se passer de la Playstation 2 vous fait peur, vous pouvez toujours aller au-delà du minima…

De 4000 à 8000 jeux, un choix judicieux (avis personnel)

On n’en fera certes jamais le tour…

Essayez de vous lancer dans une liste des 10 meilleurs jeux rétrogaming. Il y a celle de ce site, mais à vrai dire il y en a partout sur Internet. Tout le monde a la sienne et vous aurez bientôt la vôtre. Puis essayer les listes des 20 ou des 30 meilleurs jeux : il y en a également partout. Quand vous serez chaud, il sera peut-être temps de vous lancer dans la game list des 250 jeux vidéo les plus populaires, comme celle proposée par le site Mobygames, déjà cité. Puis par les multiples classements des meilleurs jeux pour chaque plateforme. Et on en reparle dans deux ans ?

Vous mesurez maintenant le plaisir que vous allez y prendre. Vous mesurez aussi le temps nécessaire à ne serait-ce que humer les plats de la carte. Aussi gourmand que vous soyez, vous ne battrez jamais la pendule qui ronronne au salon, qui dit “oui, encore une partie”, qui dit “non, va te coucher”. 8000 jeux, c’est beaucoup. Mais ce n’est pas trop. Pourquoi ?

…Mais ce n’est pas trop peu pour survoler l’histoire du jeu vidéo !

Le fort en manette visera les records dans les jeux historiques, le méthodique s’assurera d’avoir bien engrangé tous les objets de toutes les salles, l’obsessionnel comparera toutes les versions de Mega Man, l’éclectique choisira tous les personnages des jeux de fighting, etc. Attention, cliché : il existe autant de types de joueurs que de joueurs. Une liste de 8000 jeux couvre déjà tous les besoins des amateurs de rétrogaming.

Malheureusement, on ne peut pas embarquer les boîtes.

D’autant que cette liste permet de pratiquer jusqu’à plus soif les activités préférées des amateurs de jeux : comparer, sélectionner, classer. Tous les parcours sont possibles : chronologiques, thématiques, au-hasardistes. Vous pouvez passer une soirée à explorer des univers inconnus de vous, comme les jeux de volley-ball ou les Simpsons en pixels, ou à chercher un bon jeu d’athlétisme (si vous en trouvez un, dites-le moi, même si je suppose que cela dépend des goûts). Où encore à repérer les influences diverses de tel ou tel jeu ou studio. Du reste, dix minutes suffisent parfois à repérer ce qui vous semble amusant ou remarquable dans un jeu, même lorsque celui-ci n’est pas à votre goût.

Bref, le terrain de 8000 jeux est vaste mais sans risque de s’y perdre, que l’on soit déjà expert ou simple amateur en quête de perfectionnement sur le rétrogaming (au fait, essayez notre quiz pour savoir à quel tribu vous appartenez). Et peut-être qu’un peu plus tard, vous serez prêt à intégrer la PS2 et consorts dans votre console rétrogaming ; du coup 45000 jeux… pourquoi pas, après tout ?

Yannick Campe

Rédacteur Web, secrétaire de rédaction et même couteau suisse à l'occasion. S'intéresse à énormément de domaines, y compris les jeux vidéo. Même s'il a quand même tendance à confondre les boutons et à tomber des plateformes.

Yannick Campe

Yannick Campe

Rédacteur Web, secrétaire de rédaction et même couteau suisse à l'occasion. S'intéresse à énormément de domaines, y compris les jeux vidéo. Même s'il a quand même tendance à confondre les boutons et à tomber des plateformes.

A propos

Chez FLEX on aime les jeux vidéo, c’est cette passion qui a bercé notre enfance (et peut-être la vôtre !?) qui nous anime dans cette aventure, pour concevoir et fabriquer de superbes machines à rejouer aux meilleurs titres de la jeune histoire des jeux vidéo. Nous produisons une gamme “ready to play”​ mais réalisons aussi des commandes spéciales pour des bornes d’arcade uniques et de caractère en utilisant par exemple la base d’un tonneau de vin de 300L ou une caisse de munitions de l’armée française ! Nous sommes à votre écoute pour vos projets, partagez vos rêves les plus fous, on adore les réaliser.

Les derniers articles

Suivez-nous sur Facebook

Montez votre borne vous-même (tuto)

Publicité

0
Votre Panier est vide

Il semble que vous n'avez pas encore ajouté de produits dans votre Panier

Voir la Boutique
Alimenté par Caddie
fr_FR